Panier Accueil
Facebook
Deutsch

Collections

Le Musée de la nature conserve dans ses collections près de 200'000 objets, des minéraux, des plantes et des animaux, témoins des travaux scientifiques réalisés depuis près de deux cents ans en Valais. Elles constituent les références pour la connaissance et la conservation de la diversité biologique et minéralogique du canton.

 

Guide de visite du Musée de la nature

Le Musée de la nature acquit en 1861 la collection de minéraux d’Heinrich Gerlach (1822-1871) pour le prix de 450 francs. En 1990, ces minéraux valaisans étaient encore emballés de journaux datés des années 1856-57, pourvus de leur étiquetage d’origine en langue allemande. Gerlach, directeur de la Société des mines d’Anniviers de 1850 à 1861, fut mandaté en 1858 par l’Etat du Valais pour rédiger un rapport sur les concessions minières du canton. Pendant la réalisation de ce travail, il préleva les minerais des nombreuses mines visitées. Un des aspects remarquables de cet ensemble minéralogique est la présence d’une suite quasi complète de tous les stades de traitement du minerai du cuivre, tel qu’il était pratiqué sur le site des fours de Chippis durant les années 1850-1860, unique témoignage concret d’un procédé industriel en Valais, et peut-être même en Suisse, pour cette époque (Stefan Ansermet, « La collection métallurgique de Heinrich Gerlach », Minaria Helvetica, 23b, 2003, pp. 28-56). Le Prof. Joseph de Werra (1865 - 1908) rassembla des minéraux pendant la construction du tunnel du Simplon. La collection s’est enrichie dès la fin du 20e siècle des minéraux du tunnel du Lötschberg et des minéraux collectés par Stefan Ansermet au Mont Chemin, à Anniviers et à Binn pour ses publications sur les mines et minéraux du Valais. Pour la Paléontologie, les empreintes de reptiles du Vieux-Emosson, dont l’âge est estimé à plus de 230 millions d’années sont les plus anciennes de Suisse. Une piste, sur un bloc présenté au Musée, est attribuée au groupe des  Isochirotherium, un reptile dont l’apparence peut se comparer à celle d’un crocodile d’environ 1.5 mètre de long, au museau raccourci, haut sur pattes.

Les herbiers

Les herbiers conservés au Musée de la nature contiennent environ 70’000 plantes récoltées et préparées dès les années 1830 et jusqu'au 21e siècle. Les herbiers d’Alphonse Rion (1809 – 1856, achat en 1860, complété en 2003 par une partie de l’herbier retrouvé à Sion) et de Louis de Courten (1800 - 1874, don de son fils en 1874), avec de nombreuses plantes des botanistes du 19e siècle contiennent environ 15'000 plantes. L’herbier de Ferdinand Otton Wolf (1838 - 1906, conservateur dès 1873) documente son importante activité botanique en Valais. Le Musée de la nature a aussi reçu en 2006 son herbier conservé au Musée alpin de Zermatt. Au 20e siècle les herbiers ont été complétés par Charles Meckert (1896 - 1970, conservateur du Musée de 1925 à 1962). De nombreux herbiers ont ensuite été confiés au Musée. Le Collège de l’Abbaye de Saint-Maurice a remis en 1997 les précieux herbiers de l’abbé Ignace Mariétan (1882 – 1971, président de La Murithienne de 1923 à 1971))  et de Hermann Christ (1833 -1933, remis à Mariétan en 1926), puis en 2009 les herbiers d’Emile Bertrand (1875 – 1959), des Chanoines Otto Jacomet (1905 - 1980) et Jean Deschenaux (1910 - 1999). L’herbier de René Closuit de près de 5000 plantes a été remis en Musée par la famille en 2006.

En 2013, le Musée botanique de Lausanne a fait don de l'herbier Coquoz comprenant 2000 parts de la région de Salvan - Martigny. La même année, Egidio Anchisi a fait don de son herbier riche d'env. 6000 parts témoignant de plus de 50 ans d'observations valaisannes (de 1950 à aujourd'hui) et une recherche aboutie sur Le Catogne.

thumb papillons   muses cantonaux du valais- franois lambiel- sionLes collections entomologiques, collectées dès la fin du 19e et jusqu’au 21e siècle conservent près de 80'000 insectes. De 1890 à 1896, le Musée a mandaté Maurice Paul (1835 - 1898), entomologiste, pour constituer une collection générale valaisanne. Le Chanoine Emile Favre (1843 - 1905), botaniste et entomologiste, auteur des ouvrages de références sur les coléoptères (1889) et les lépidoptères (1899 à 1909) du Valais a laissé une collection de 60 boîtes qui a été déposée en 2009 au Musée par le Collège de l’Abbaye de Saint Maurice. En 1910, le Musée a acquis la collection d’Arnold Wullschlegel (1849-1912), lui consacrant les budgets d’acquisition de cinq ans. Les collections de Raphy Rappaz, Emmanuel de Bros et Nicolas von Roten documentent la faune de la fin du 20e siècle.

Les collections du Musée conservent près de 5000 Vertébrés, principalement les oiseaux et les mammifères d’Europe. Les grands prédateurs exterminés au 19e siècle sont les pièces historiques marquantes du Musée : ours d’Hérémence (1830) et Zermatt (1894), lynx de Zermatt (1895, probablement le dernier conservé en Suisse de la population alpine), gypaètes de 1880 et 1891. Le gypaète (Republic V) et les lynx récents illustrent leur nouvelle présence dans nos paysages. Les loups, témoins du renouveau de la grande faune dans les Alpes, interrogent sur les relations que l’homme entretient avec la nature
Les races valaisannes des animaux domestiques sont présentes avec mulet, vache d’Hérens, moutons Nez Noir, Brun du Valais et Blanc des Alpes, chèvre Col Noir, animaux acquis par l’Association des Amis du Musée.