Panier Accueil
Facebook Instagram
Deutsch

L'ancien moulin de Valère restauré

Date : 30.11.2020

La présence d’un ancien moulin directement accolé à la Basilique s’explique par la fonction de l’édifice sacré comme dernier refuge du site en cas de conflit. Il faut d’ailleurs mettre en relation le moulin avec la citerne, près de l’entrée de l’église, alimentée par les eaux des toitures de celle-ci, et avec les bacs à grain installés sous la sacristie et accessibles eux aussi uniquement par la nef. Le moulin restauré et remis en valeur sera accessible dans le cadre des visites guidées de la Basilique.

 

Le local du moulin

Ce local occupe le premier niveau du bâtiment accolé à l’ouest de la Basilique. Au-dessus se trouve l’ancienne salle des Archives, dans laquelle le Musée d’histoire présente, depuis 2015, dans le cadre de visites guidées, le Trésor de la Basilique. Le niveau de combles de ce bâtiment annexe contient les soufflets de l’orgue, présentés lors des visites-découvertes de l’instrument médiéval. Le premier niveau attendait donc son tour pour que le public puisse y accéder. C’est désormais chose faite.

Le moulin est intéressant à plus d’un titre. Il peut paraître incongru à cet emplacement auquel on n’accédait anciennement que par la nef de l’église. Cette situation s’explique par la fonction de l’édifice sacré comme dernier refuge du site en cas de conflit. Il faut mettre en relation le moulin avec la citerne, près de l’entrée de l’église, alimentée par les eaux des toitures de celle-ci, et avec les bacs à grain installés sous la sacristie et accessibles eux aussi uniquement par la nef. Le crénelage des toitures des bas-côtés et du chevet, ainsi que la passerelle qui permet de relier ces toitures par l’intérieur de la nef rappellent également cette fonction de dernier réduit défensif du lieu.

Les analyses dendrochronologiques ont permis de dater le moulin vers 1535. Il est difficile de savoir s’il remplace un mécanisme plus ancien. Dans ce local, la paroi qui délimite le volume probablement destiné à la conservation du grain, a bien été datée du 13e siècle, mais les archéologues ont pu constater que cette cloison n’est pas d’origine à cet emplacement.

De très nombreux moulins sont attestés dans la région. Ils fonctionnaient grâce à la force hydraulique, soit par un entraînement direct de la meule tournante liée au moyeu qui retient les pales horizontales, soit par une roue verticale qui donne le mouvement à la meule tournante horizontale par un système d’engrenage. Le moulin de Valère fait partie de cette seconde typologie. Sa spécificité réside dans le fait que c’est à la force humaine que l’on actionne le mécanisme, ce qui confirme l’idée d’une utilisation en cas de nécessité uniquement. Un tel moulin à bras est extrêmement rare et il est à notre connaissance unique dans notre région.

Le local sera accessible à partir du 15 décembre, dans le cadre des visites guidées de la Basilique. La muséographie imaginée par l’architecte Pierre Cagna est très retenue, de manière à privilégier la lecture des éléments anciens. L’ancien espace de stockage présente les possibilités qu’offrait Valère pour résister à un siège. Face au moulin, des explications sont données quant au fonctionnement de l’installation et ses particularités.

Infos médias

Infos medias et images de presse disponibles ici