Panier Accueil
Facebook Instagram
Deutsch

Artificiel

Date : 09.09.2022

Le Musée de la nature du Valais, en collaboration avec le Center for PostNatural History de Pittsburgh (USA), explore un aspect original de notre relation à la nature : celui du vivant modifié volontairement par l’humain.

Vernissage : Vendredi 14 octobre à 18h

Dans les musées, certains objets sont plus faciles à classer que d’autres : une plante alpine ? Au musée de sciences naturelles. Des outils agricoles ? Au musée d’histoire. Mais que faire du maïs ? Après des millénaires de culture, est-il encore un végétal « naturel » ? ou est-ce que le processus de sélection artificielle mené par les humains en fait plutôt un objet culturel ? Et que dire alors des pigeons domestiques, de surcroît quand ils sont spécialistes du salto arrière ? Se poser ces questions revient à s’interroger sur les frontières entre le naturel et l’artificiel.

Au travers d’une sélection d’histoires révélatrices, l’exposition Artificiel raconte les multiples intentions et les mille manières inventées par les sociétés humaines au fil du temps pour modifier les êtres vivants. Que ce soit pour des raisons économiques, esthétiques, ludiques ou scientifiques, nous avons agi sur diverses espèces et influencé leur trajectoire évolutive. Du loup à la bactérie E. coli, du cannabis à la tomate transgénique, venez découvrir les histoires post-naturelles du monde vivant sous un angle inédit et parfois renversant. Ce n’est pas le pigeon qui dira le contraire…

 

Autour de l’exposition

Spectacles, cafés-philo, regards croisés ou encore ateliers prolongent l’exposition. Ils sont autant d’occasions d’explorer nos désirs et nos besoins, ainsi qu’une invitation à la réflexion sur notre position dans la nature.

Une visite-atelier pour les classes du secondaire I et II accompagne l’exposition.

Légende de l’image : 

Le rouleur de Birmingham est une race de pigeon domestique capable de réaliser des saltos arrière pendant le vol. Cette caractéristique est rare chez les pigeons sauvages. Elle a été sélectionnée artificiellement par des éleveurs appréciant ces mouvements répétés de culbute.