Panier Accueil
Facebook
Deutsch

Badel/Sarbach "Little Sun Back Here" - Prix Manor 2019

Du 30 novembre 2019 au 08 novembre 2020

Le Prix culturel Manor Valais est attribué pour la sixième fois, en collaboration avec le Musée d’art du Valais. Il s’agit d’une des principales distinctions dans le domaine de l’art contemporain en Suisse. Il honore le couple d’artistes Flurina Badel et Jérémie Sarbach. Le premier volet de leur projet Little Sun Back Here. a post-periphery poem est à découvrir au Musée d’art dès le 30 novembre.

Un duo qui questionne les liens entre nature et société de consommation

Actifs en Valais et à Guarda (Grisons) et après des études à Bâle et New-York, Flurina Badel (née en 1983 à Lavin, GR) et Jérémie Sarbach (né en 1991 à Binn, VS) se distinguent par un travail expérimental sur l’évolution du paysage de montagne à l’ère de la mondialisation et de la saturation technologique. Par l’usage de médiums croisés (vidéo, installation, performance, dessin, écriture), ils questionnent les cohérences de la société de consommation et le devenir des ressources naturelles dans les zones périphériques.

 Prix Manor 2019 portrait badel sarbach 2 72dpi

Little Sun Back Here : un projet évolutif en trois moments

Le soleil façonne nos vies. Par sa course perpétuelle, il rythme notre quotidien, agit sur notre corps et régule notre environnement. Son va-et-vient au-dessus de l’horizon, entre apparitions et disparitions, organise nos journées et structure notre existence. À l’occasion du Prix culturel Manor Valais 2019, l’exposition sur le travail de Flurina Badel (*1983 à Lavin, GR) & Jérémie Sarbach (*1991 à Binn, VS) s’organise autour du thème du soleil. Elle se présente en trois volets : le premier au Musée d’art du Valais à Sion, le second dans le village de Binn (Vallée de Conches) et le troisième sous la forme d’un livre-objet.

Notre relation au territoire et à la nature se situe au cœur des questionnements du duo d’artistes. Pour cette exposition, cette problématique est abordée à travers la rencontre du soleil et du bois. Et si la trajectoire du soleil était contrariée ? Sa lumière recréée artificiellement ? L’ordre naturel inversé ? Nos repères en seraient-ils bouleversés ?

Un solarium détourné de son usage habituel, un grenier désaxé et une publication qui véhicule une part du soleil : ces trois éléments de l’exposition questionnent notre rapport à la nature et à la technologie, à l’authenticité et à l’artificialité, à la durabilité et à l’éphémère. En jouant avec le pouvoir de transformation du soleil, Flurina Badel & Jérémie Sarbach brouillent les frontières entre la nature et l’artifice, déjouent l’ordre des choses et bousculent notre perception de la temporalité. Leurs installations créent des inversions et des décalages dans notre relation à l’environnement : ce qui paraissait central devient périphérique, ce que nous croyions être à l’arrière-plan se voit projeté au-devant de notre paysage mental. Dans cet univers un peu surréaliste où les enjeux de proximité se réinventent, c’est toute la perspective classique qui est remise en question, qu’elle soit écologique ou relationnelle.

Une exposition en trois volets

Du 30 novembre 2019 au 8 novembre 2020

L’espace d’exposition temporaire nommé Au Quatrième se transforme en un véritable atelier où se réinvente la lumière du soleil. Au sein même du Musée d’art, cette installation évoluera de novembre 2019 à novembre 2020 autour d’un mélèze de cinq mètres de long. Débité en planches, ce tronc d’arbre sera soumis chaque jour aux rayons ultraviolets d’un solarium. Sous l’action des lampes UV, la surface du bois fraîchement coupé se teintera d’une patine. Comme une peau qui bronze au soleil de façon accélérée, les planches seront marquées par les indices du temps. Tel un gisant, l’arbre coupé devient un corps dans ce solarium détourné de son usage habituel. Mais une empreinte, sorte de « tatouage », apparaîtra peu à peu sur le bois, révélant une matière organique toujours vivante, en évolution permanente.
L’espace muséal, – lieu par excellence de conservation du patrimoine où les rayonnements UV, nocifs pour les œuvres, sont particulièrement redoutés –, devient soudain un lieu de création où une lumière solaire artificielle façonne l’œuvre en temps réel. Une installation in situ qui évolue sous nos yeux et s’invente durant toute la durée de l’exposition.

 4 Prix Manor Valais 2019 installation MA Valais Sion photo Florence Zufferey 72dpi  1 Prix Manor Valais 2019 installation MA Valais Sion photo Florence Zufferey 72dpi

 

Dès le 28 juin 2020 les artistes inviteront le public à suivre hors les murs la course du soleil et son action sur le bois. Au cœur du village de Binn, un ancien grenier se présente avec ses trois façades en mélèze orientées à l’est, au sud et à l’ouest, colorées par le soleil au fil des siècles. Seule sa façade nord, peu exposée à la lumière, a été épargnée de cette coloration.
Témoin de l’histoire de l’agriculture et des rapports entretenus originellement par les paysans à l’environnement alpin, ce grenier, situé sur un site d’importance nationale inscrit à l’ISOS (Inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale à protéger en Suisse) fait aujourd’hui partie du patrimoine valaisan, symbole d’une vie rurale disparue.


Le geste artistique de Badel/Sarbach consiste à soumettre la bâtisse à une rotation de 180 degrés, de façon à exposer sa façade nord en plein soleil et la faire « bronzer » progressivement. Entouré par les anciens greniers de Binn, celui-ci, orienté différemment et peu à peu vieilli par la lumière sur ses quatre côtés, fera figure d’exception : isolé parmi les siens, seule variante dans un ensemble immuable, ce grenier « retourné » sur lui-même troublera notre regard ; il invitera à suivre, par le brunissement lent du bois, le passage du temps. En faisant pivoter le grenier sur son axe, les artistes perturbent le paysage de façon subtile, sans effectuer d’ajouts ou de soustractions. Dissident, leur geste questionne le conformisme et s’amuse à déjouer l’ordre des choses.

 Binn

 

à paraître en juin 2020

Troisième volet de cette exposition, une publication sous la forme d’un calendrier amènera le soleil auprès des visiteurs. Ce livre-objet se présente comme une éphéméride qui retranscrit au jour le jour la trajectoire du soleil au-dessus de l’atelier des deux artistes, situé à Guarda (Grisons).
Chaque jour, un feuillet à détacher donnera à éprouver physiquement le passage du temps. À l’heure des technologies de géolocalisation et de mesures météorologiques, le choix délibéré d’un objet papier, tangible, rappelle le bois dont il est issu et que l’on retrouve dans les trois volets de cette exposition. En indiquant très précisément l’emplacement exact du soleil par rapport à leur atelier, les artistes relient leur lieu de vie au nôtre, et nous invitent à les rejoindre par l’imaginaire, bousculant la vision conventionnelle qui oppose le centre et la périphérie.

 Soleil


Evénements et programme de médiation culturelle

Dimanche 2 février 2020 à 14h30 : visite avec Maelle Tappy, collaboratrice scientifique et commissaire de l’exposition

Mardi 25 février 2020 à 14h : atelier Photosynthèse pour petits et grands

Dimanche, 5 avril 2020 à 14h30 : L’art, la nouvelle Terre et moi, discussion entre les artistes et Dominique Bourg, philosophe de l’environnement

Dimanche 7 juin 2020 à 14h30 : visite avec Maelle Tappy, collaboratrice scientifique et commissaire de l’exposition

Dimanche 28 juin 2020 de 12h à 19h : Journée au soleil, en présence des artistes visite du Musée d’art du Valais, trajet en bus vers Binn, vernissage de l’installation et de la publication, retour à Sion pour 19h.

Dimanche 4 octobre 2020 à 14h30 : atelier Photosynthèse pour petits et grands

Samedi 7 novembre 2020 : Nuit des Musées de 20h à 23h, en présence des artistes. Projection à 21h.

Informations pratiques

Infos médias et illustrations

 

Little Sun Back Here. A post-periphery poem

Du 30 novembre 2019 au 8 novembre 2020
Musée d'art du Valais, espace d'exposition temporaire Au Quatrième
Place de la Majorie 15, Sion
Mardi-dimanche, 11h-17h (18h de juin à septembre)
Entrée gratuite les 1ers dimanches du mois